L’AUGMENTATION MAMMAIRE

PAR PROTHÈSE

  • Remboursement: aucun
  • Type d’anesthésie: anesthésie générale (environ 40 minutes)
  • Type d’hospitalisation: chirurgie d’un jour (oneday)
  • Cicatrices: dissimulées dans le sillon sous -mammaire ou au niveau de l’aréole
  • Vêtement de contention : soutien-gorge de contention à porter 4 à 6 semaines
  • Résultat final : 3 mois
  • Après l’intervention  : un repos d’environ 1 à 2 semaines est conseillé après quoi, vous pourrez envisager la reprise de vos activités quotidiennes. Vous revoyez une première fois votre chirurgien 10 à 15 jours après l’intervention ; une seconde fois 4 semaines plus tard et un dernier contrôle est prévu à 3 mois de l’intervention. Pas d’activité physique pendant 6 semaines.

Symbole fort de la féminité, il n y a pas d’âge pour l’envisager… C’est l’une des chirurgies esthétiques les plus couramment pratiquées. L’intervention consiste en la mise en place de prothèses en gel de silicone cohésif qui seront mises soit devant soit derrière le muscle grand pectoral et sa variante dual plan. Le docteur Salmin utilise des prothèses nano- et micro-texturées de la marque Sebbin de forme ronde ou anatomique (goutte d’eau). La grande variété de forme et de volume disponible permet d’optimiser et d’adapter le choix des implants en fonction de la morphologie de la patiente et de ses attentes personnelles.
Le choix de vos prothèses se fera en fonction de votre morphologie et du résultat que vous souhaitez . Les incisons permettent des cicatrices très discrètes : celle-ci seront dissimulées au niveau du pli sous la poitrine (sillon sous-mammaire) ou au niveau de l’aréole. Le choix des prothèses et la technique opératoire seront
discutés et validés en consultation. L’augmentation mammaire n’est en aucun cas une contre-indication à une grossesse future ni à l’allaitement maternel, selon la voie d’abord. Notez également que les implants mammaires ont une durée de vie de 10 à 15 ans mais peuvent être gardé plus longtemps s’il n’y a pas de contre-indications.
Les prothèses actuelles de la marque Sebbin sont garanties à vie.

PAR LIPOFILLING

PAR INJECTION DE VOTRE GRAISSE

Cette technique de transfert de graisse, initialement mise au point pour la chirurgie reconstructrice du sein, est à l’heure actuelle, une alternative élégante d’augmentation mammaire modérée ou de restauration du volume des seins sans avoir recours aux implants classiques. Le chirurgien prélève de la graisse par liposuccion dans les zones où elle est présente en excès et/ou selon vos desiderata (ex :cuisses, ventre, flancs, genoux, culotte cheval…), puis la réinjecte directement à la seringue au niveau de la poitrine afin d’harmoniser le galbe naturel du sein. Une seconde séance de lipomodelage pourra être envisagée pour obtenir le résultat souhaité car une partie de l’autogreffe va se résorber spontanément (interventions espacées de minimum 3 mois). Notez que le lipofilling mammaire n’est en aucun cas une contre-indication à une grossesse future ou à l’allaitement maternel.

  • Remboursement :  remboursement INAMI possible (dans le cadre d’une reconstruction mammaire)
  • Type d’anesthésie: anesthésie générale (environ 60 minutes)
  • Type d’hospitalisation: chirurgie d’un jour (oneday)
  • Cicatrices: micro-incisions (3mm) au niveau de la poitrine pour la réinjection de la graisse et micro-incisions (3-4mm) au niveau des zones liposucées 
  • Vêtement de contention : soutien-gorge de contention à porter 4 semaines et lipopanty de contention à porter 4-6 semaines pour les zones liposucées
  • Résultat final : 6 mois
  • Après l’intervention  : repos de quelques jours avant la reprise de vos activités quotidiennes. Vous revoyez une première fois votre chirurgien 10 à 15 jours après l’intervention ; une seconde fois 4 semaines plus tard et un dernier contrôle est prévu à 3 mois de l’intervention. Pas d’activité physique pendant 6 semaines.

LE LIFTING MAMMAIRE

LIFTING

  • Remboursement :  aucun
    Type d’anesthésie
    : anesthésie générale (environ 1h30)
  • Type d’hospitalisation: chirurgie d’un jour (oneday)
  • Cicatrices:  péri-aréolaire, péri-aréolaire et verticale ou péri-aréolaire, verticale et horizontale (en T inversé)
  • Vêtement de contention : soutien-gorge de contention à porter 6 semaines
  • Résultat final : 3 à 6 mois
  • Après l’intervention  : repos de 1 à 2 semaines avant la reprise de vos activités quotidiennes. Vous revoyez une première fois votre chirurgien à 15 jours après l’intervention ; une seconde fois 3 semaines après l’intervention, une troisième fois 6 semaines après l’intervention et un dernier contrôle est prévu à 3 mois de l’intervention. Pas d’activité physique pendant 6 semaines.

Le relâchement du sein ou ptose mammaire survient le plus souvent après une grossesse, un allaitement ou une perte importante de poids. Le sein « affaissé » vous parait vidé dans sa partie supérieure et en position plus basse que la moyenne. La chirurgie visant à corriger la ptose mammaire consiste à remodeler le sein en replaçant l’aréole et le mamelon en bonne position, remodeler la glande mammaire et retirer la peau excédentaire. L’objectif de la pexie mammaire est donc de redonner un galbe harmonieux et retendu à la poitrine. En fonction du stade de la ptose, le chirurgien aura recours à différentes méthodes qui laisseront une cicatrice péri-aréolaire (en cas de ptose très légère), une cicatrice péri-aréolaire et verticale (pour les ptoses modérées) et enfin, une cicatrice en T inversé c’est-à-dire péri-aréolaire, verticale et horizontale dissimulée dans le sillon sous-mammaire (en cas de ptose très importante). Il est également important de prendre en compte que le volume de sein restera inchangé! Si vous souhaitez apporter du volume, la pexie mammaire peut-être associée à la mise en place de prothèses mammaires.

 

Une grossesse ultérieure est bien évidement possible par contre l’allaitement maternel peut être compromis car les canaux galactophores de la glande mammaire auront été sectionnés.

    LA RÉDUCTION MAMMAIRE

    LA RÉDUCTION

    L’hypertrophie mammaire se caractérise par un volume mammaire trop important et est très souvent associée à une ptose mammaire. Cette hypertrophie est source d’inconfort permanent pour les patientes dans leur vie de tous les jours (douleur au dos et aux épaules, difficultés vestimentaires, difficultés dans la pratique du sport). L’intervention a donc pour but de réduire le volume du sein, corriger la ptose mammaire et ainsi restaurer un galbe et un volume harmonieux avec le reste du corps. Les cicatrices seront le plus souvent en T inversé, c’est- à dire péri-aréolaire, verticale et horizontale (dissimulée dans le sillon sous-mammaire). Dans les cas d’hypertrophie plus modérée, la rançon cicatricielle peut parfois se limiter à une incision péri-aréolaire et une incision verticale.

    La réduction mammaire est totalement prise en charge par la mutuelle si le volume glandulaire enlevé par sein atteint un minimum 400 grammes et que le BMI (poids rapporté à la taille) reste strictement inférieur à 35. Le Docteur Salmin est conventionné pour les prestations de l’assurance obligatoire soins de santé et indemnités. La réduction mammaire, étant inscrite dans la nomenclature de l’INAMI, fait l’objet d’un remboursement total par les organismes assureurs (mutualité,…). Cette intervention peut être envisagée dès la fin de la puberté. Une grossesse ultérieure est bien évidement possible par contre l’allaitement maternel peut être compromis car les canaux galactophores de la glande mammaire auront été sectionnés.

    • Remboursement:remboursement INAMI possible (si un minimum de 400 gr par sein est enlevé et que le BMI est inférieur à 35)
    • Type d’anesthésie: anesthésie générale (environ 1h30)
    • Type d’hospitalisation: hospitalisation 1 à 2 nuits
    • Cicatrices: une cicatrice péri-aréolaire + verticale + horizontale (en T inversé) ou cicatrice péri-aréolaire + verticale
    • Vêtement de contention : soutien-gorge de contention à porter 6 semaines
    • Résultat final : 3 à 6 mois
    • Après l’intervention  : repos de 2 à 3 semaines avant la reprise de vos activités quotidiennes. Vous revoyez une première fois votre chirurgien à 15 jours après l’intervention ; une seconde fois 3 semaines après l’intervention, une troisième fois 6 semaines après l’intervention et un dernier contrôle est prévu à 3 mois de l’intervention. Pas d’activité physique pendant 6 à 8 semaines.

      LE CHIRURGIE DU MAMELON

      CHIRURGIE DU MAMELON

      Quel que soit le soucis esthétique, il existe différentes procédures chirurgicales mineures offrant à la femme la possibilité de corriger ce complexe : diminution de la taille l’aréole, diminution de la projections des mamelons, reconstruction du mamelon et correction des mamelons invaginés (ombiliqués) ou rétractiles.

      • Remboursement: remboursement INAMI possible (uniquement pour les mamelons invaginés ou rétractiles et en cas de reconstruction du mamelon)
      • Type d’anesthésie: anesthésie locale (environ 30 minutes)
      • Type d’hospitalisation: chirurgie de jour (one day)
      • Cicatrices: une cicatrice péri-aréolaire ou à la base du mamelon selon le type de procédure
      • Vêtement de contention : aucun
      • Résultat final : 3 mois
      • Après l’intervention  : reprise de vos activités quotidiennes immédiate. Vous revoyez une première fois votre chirurgien à 15 jours après l’intervention et une seconde fois 6 semaines après l’intervention Pas de soutien-gorge les 3 premiers jours en cas de correction de mamelon invaginé.

          LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE

          Le cancer du sein chez la femme est un des cancers les plus fréquents et touche plus de 10000 femmes chaque année en Belgique. Près de la moitié d’entre elles subissent malheureusement une mastectomie. La néoplasie du sein touche ainsi ces patientes au plus profond de leur féminité. La reconstruction mammaire permet, dans une certaine mesure, restaurer cette féminité mutilée et ainsi améliorer l’image que les patientes ont d’elles-mêmes. On distingue les reconstructions partielles après tumorectomie et les reconstructions totales après mastectomie.

          La reconstruction peut être différée, c’est-à-dire une fois le traitement du cancer complètement achevé ou alors immédiate, c’est-à-dire dans la foulée de la mastectomie (reconstruction classique) ou de la tumorectomie (chirurgie oncoplastique).

          A l’instar du traitement du cancer qui se déroule en plusieurs étapes (chimiothérapie néo-adjuvante, chirurgie, radiothérapie, hormonothérapie), la reconstruction est un processus qui compte en moyenne 3 étapes, espacées de minimum 3 mois chacune : la reconstitution du relief mammaire, la symétrisation mammaire et enfin, la reconstruction du mamelon. La reconstitution du relief mammaire se fait systématiquement sous anesthésie générale. Classiquement, il y a deux grandes façons de faire : par implant ou en prélevant des tissus ailleurs sur le corps, là où ils ne manqueront pas. La symétrisation mammaire est facultative. Lorsqu’elle a lieu, elle est généralement pratiquée sous anesthésie générale et consiste à égaliser les deux seins (forme et volume). Enfin, la reconstruction du mamelon est réalisée sous anesthésie locale et ne dure que quelques minutes. Après ça, une esthéticienne médicale se charge du tatouage de l’aréole. L’ensemble du processus est long et fastidieux et s’étale bien souvent donc sur 6 à 12 mois. Il s’agit de chirurgie reconstructrice et en aucun cas de chirurgie esthétique : les résultats ne sont pas toujours parfaits (puisqu’il faut tenir compte d’une situation pré-existante) et il faut pouvoir l’accepter.

          PAR IMPLANT

          Il s’agit d’une procédure assez rapide qui consiste à reconstruire le sein par une prothèse. L’avantage majeur réside dans le fait que cette technique ne rajoute pas de cicatrice. Elle n’est par contre réservée qu’à un nombre très sélectif de patientes du fait des antécédents médico-chirurgicaux, du traitement du cancer du sein… Parfois, le revêtement cutané résiduel est limité et il faut alors recourir à une prothèse d’expansion qui sera gonflée progressivement jusqu’à obtenir un excès cutané suffisant pour accueillir l’implant définitif, ce qui implique une étape chirurgicale supplémentaire. Enfin, les prothèses doivent se changer tous les 10-15 ans en moyenne.

          • Remboursement: remboursement INAMI systématique
          • Type d’anesthésie: anesthésie générale (60 minutes)
          • Type d’hospitalisation: 3-5 jours
          • Cicatrices: la même que la cicatrice de mastectomie.
          • Vêtement de contention : soutien-gorge de contention adapté et bandeau thoracique de contention à porter 6 semaines
          • Résultat final : 3 mois
          • Après l’intervention  : repos de 1 à 2 semaines avant la reprise de vos activités quotidiennes. Pas d’activité physique pendant 6 à 8 semaines.

            PAR LAMBEAUX

            Les lambeaux les plus couramment utilisés sont les lambeaux musculo-cutanés de grand dorsal et le DIEP, dernière évolution du TRAM. Ce dernier n’est quasiment plus prélevé du fait d’un taux de morbidité important que le DIEP a largement permis de prévenir. Le grand avantage de ces lambeaux réside dans le fait que le résultat est beaucoup plus naturel et stable dans le temps. Le lambeau musculo-cutané de grand dorsal est prélevé au niveau du dos et transposé autour du thorax dans la région mammaire, sans interruption de son pédicule vasculaire (lambeau pédiculé). Le DIEP est prélevé au niveau abdominal. Son pédicule vasculaire est sectionné. Le lambeau est transposé dans la région mammaire et son pédicule vasculaire est ré-anostomosé au niveau des vaisseaux thoraciques. Selon la littérature médicale, le DIEP est le gold standard actuel dans la reconstruction mammaire, ce qui en fait le lambeau de choix.

             

                • Remboursement: remboursement INAMI systématique
                • Type d’anesthésie: anesthésie générale (2h30 vs 4h30)
                • Type d’hospitalisation: 5 jours
                • Cicatrices: cicatrices de reconstruction + cicatrice de prélèvement au niveau du dos ou du bas-ventre (cachée par la culotte)
                • Vêtement de contention : soutien-gorge de contention adapté +- gaine de contention abdominale à porter 6 semaines
                • Résultat final : 3 mois
                • Après l’intervention  : repos de 2 à 3 semaines avant la reprise de vos activités quotidiennes. Pas d’activité physique pendant 6 à 8 semaines.

            PAR LIPOFILLING

            Le lipofilling est largement utilisé en reconstruction mammaire pour adapter le volume des seins lors de la phase de symétrisation, mais également en cas de reconstruction partielle du sein. La technique vise à prélever de la graisse ailleurs au niveau du corps, là où elle est en excès, la préparer et la ré-injecter au niveau des seins. Le grand avantage de cette technique est la quasi-absence de cicatrices, mis à part deux ou trois petites incisions de quelques millimétres chacune. Cette technique permet d’obtenir des résultats tout à fait naturels du fait qu’on mobilise les propres tissu de la patiente.

             

                • Remboursement: remboursement INAMI systématique
                • Type d’anesthésie: anesthésie générale (60 minutes)
                • Type d’hospitalisation: chirurgie d’un jour (oneday)
                • Cicatrices: millimétriques au niveau du site de prélèvement
                • Vêtement de contention : soutien-gorge de contention adapté + lipopanty de contention à porter 6 semaines
                • Résultat final : 3 mois
                • Après l’intervention  : repos de 1 à 2 semaines avant la reprise de vos activités quotidiennes. Pas d’activité physique pendant 6 semaines.

            LA CURE DE GYNECOMASTIE CHEZ L’HOMME

            LA CURE DE GYNECOMASTIE

            Avant toute chose, il est très important de distinguer la gynécomastie vraie de l’adipomastie. La gynécomastie est un développement anormal des glandes mammaires chez l’homme, tandis que l’adipomastie correspond à une accumulation exagérée de graisse au niveau du thorax chez l’homme. Dans les deux cas, il en résulte un volume trop important au niveau du thorax. Très souvent, les deux sont concomitantes et peuvent être associées à un excès cutané. Dans la plupart des cas de gynécomastie vraie, il n’existe aucune cause à sa survenue. Mais dans un nombre restreint de cas, ce développement glandulaire anormal peut être liée à un dérèglement hormonal. La mise au point préopératoire consistera essentiellement à faire la part des choses entre gynécomastie et adipomastie et à exclure un éventuel trouble hormonal sous-jacent qu’il faudra absolument traiter, sous peine de récidive par la suite.

            L’intervention consiste à réséquer la glande mammaire et/ou le surplus de peau par une incision autour de l’aréole et/ou à liposucer les dépôts thoraciques de graisse par 4 petites incisions de 5mm, placées dans le sillon sous-mammaire.

            • Remboursement: remboursement INAMI au moins partiel en cas de gynécomastie vraie
            • Type d’anesthésie: anesthésie locale ou générale selon l’importance de la gynécomastie (environ 45 à 90 minutes selon les cas)
            • Type d’hospitalisation: chirurgie d’un jour (one day)
            • Cicatrices: une cicatrice (hémi-)péri-aréolaire et/ou 4 micro-incisions dans le sillon sous-mammaire
            • Vêtement de contention : gilet de contention thoracique à porter 6 semaines
            • Résultat final : 3 à 6 mois
            • Après l’intervention  : repos de 1 à 2 semaines avant la reprise de vos activités quotidiennes. Vous revoyez une première fois votre chirurgien à 15 jours après l’intervention ; une seconde fois 6 semaines après l’intervention et un dernier contrôle est prévu à 3 mois de l’intervention. Pas d’activité physique pendant 6 à 8 semaines.

                  Copyright © Docteur Salmin
                  Réalisation • efficiance.digital